A Call To Arms – Blane

Traduction de l’article de Blane, par Celian Lecomte

J’ai tenu à traduire le récent article de Blane afin de m’aider personnellement et de comprendre certaines choses que Blane a lui bien intégré, mais aussi afin d’en faire profiter les autres traceurs (ou n’importe qui d’autre) cherchant une traduction que j’ai essayé de faire le plus proche possible du texte de Blane. Merci à lui, en espérant que vous apprécierez. N’hésitez pas à donner votre avis. 

Celian

A Call To Arms

Depuis quand une traversée de 30 mètres avec un enfant sur le dos est devenue moins importante que certains sauts de 18 pieds entre deux hangars avec un atterrissage dans un bac à sable ?

Je m’en fous complètement de vos longues et bruyantes enjambées, cet homme de 43 ans est deux fois plus âgé que vous, deux fois plus fort… il a juste sauté de 2 mètres et n’a fait aucun bruit.

Les choses qui devraient compter dans le Parkour, ne comptent pas – une fois que vous grattez la surface, les choses largement considérées comme impressionnantes ne le sont pas. Notre système de valeurs est en train d’être corrompu.

Parfois j’essaie de regarder le Parkour à partir d’un point de vue neutre, comme si je n’en avais jamais entendu parler auparavant.

Qu’est ce que je penserais si je découvrirais le Parkour comme une personne de 17 ans, à la fin de cette année 2012 ? J’imagine que ça serait « fun » et que je serais probablement en cours d’élaboration à une partie de celui-ci, mais je verrais quelque chose de très différent de ce que j’ai vu il y a neuf ans et je sais qu’il ne ferait pas autant appel à moi qu’à l’époque.

Si vous avez terminé cet article et que vous croyez aux valeurs auxquelles je crois qui se trouvent dans le Parkour, j’espère alors que vous serez d’accord que si nous ne faisons pas plus d’efforts pour les partager, elles seront perdues. Les nouveaux arrivants ne verront que les grands sauts et ne verront pas une pratique très accessible et extrêmement polyvalente pour n’importe qui, avec un désir de remise en question, de test et de perfectionnement.

Ce que j’ai vu dans le Parkour en 2003, à 17 ans:

  • Une petite élite qui dispose d’une grande qualité de mouvement et l’attention au détail dans chaque action qui ne peut être atteinte qu’à travers des milliers d’heures de pratique délibérées et d’entraînement.

  • Un esprit guerrier infatigable (inébranlable) dans l’entraînement, et dans l’approche de tout défi, qu’il soit physique, technique ou mental.

  • Une florissante communauté positive inspirée par ceux qui les ont précédés.

  • Un système d’entraînement et une communauté qui valorise tous les aspects du Parkour équitablement, et une conscience collective intéressée par la pratique du Parkour pour toute une vie, et pas seulement quelques mois.

Ce que je vois en 2012, à 26 ans :

  • Une augmentation massive du nombre de personnes de formation dans le monde entier.

  • Des grands sauts.

  • Des difficiles et mauvais atterrissages.

  • Des compétitions.

  • Une petite poignée de privilégiés tenant aux vieilles méthodes mais doutant des raisons de continuer de le faire …

  • Et, finalement, un changement dans ce qui est valorisé dans le Parkour.

Ce sont ces quelques précieux changements dont je me soucie le plus.

Je suis responsable d’avoir laissé passer ces changements incontestés autant que tout le monde de «ma génération». Nous avons tous laissé le Parkour évoluer, changer et grandir sur Internet sans que personne ne se lève et dise : «Attendez une minute, c’est bien… mais qu’en est-il de toutes les autres parties du Parkour dont je suis tombé amoureux ? Où sont-elles ? »

Quand je travaille avec les autres, j’essaie de « coacher » en gardant ces valeurs dont je parle à l’esprit, et je sais que beaucoup d’hommes et femmes expérimentés font la même chose, mais ce n’est pas vraiment suffisant de maintenir ces valeurs qui sont si chères à certains d’entre nous à seulement quelques villes à travers le monde. Il est nécessaire de montrer cela sur une plus grande échelle si nous voulons garder ces valeurs en vie, et plus important encore, nous devons faire une assez grande déclaration pour que nous puissions être trouvé par ceux qui viennent d’arriver dans le Parkour pour la première fois à la recherche de plus de grands sauts .

Dans les dernières années, au lieu de s’en tenir étroitement aux valeurs et croire en ce que nous avons reconnu et apprécié dans le Parkour lorsque nous l’avons trouvé, jour après jour, vidéo par vidéo, notre système de valeurs s’est corrompu. Et même pour les quelques personnes qui croient encore que le Parkour est pour tout le monde peuvent finir par se sentir comme s’ils étaient à la traîne dans leur entraînement et leur progression, pas aussi bon que ce nouveau mec, ou ce nouveau gars, car ils peuvent faire ce saut et que vous ne pensez pas pouvoir le faire ou peut-être que vous n’en avez même pas envie.

Mais si vous vous souvenez de ces valeurs que vous avez appréciées en premier lieu, alors vous ne vous soucierait pas de ne pas être en mesure de sauter aussi loin que «ce nouveau type». Se souvenir de ce que vous avez pensé une fois ? Qu’est-ce qu’un saut, qu’il soit grand ou petit… sans un bon atterrissage? Quand la progression de votre planche, de vos pompes en équilibre, de votre maximum de squats, de votre quadrupédie et de votre lâché suspendu est devenu moins satisfaisante que l’amélioration de votre saut de détente…?

J’ai vu des groupes de gens qui s’entraînaient ensemble et qui donnaient un drôle d’air au mec à l’arrière-plan en train de se défoncer à faire ses tractions avec une veste lestée. Depuis quand ce qu’il fait est devenu une infime partie du Parkour ?

Les défis physiques n’ont rien de nouveau dans le monde du Parkour. Aussi longtemps qu’il y a eu du Parkour, les défis physiques ont fait partie de celui-ci. En fait, comme certains d’entre vous en sont bien conscients, bien avant que les sauts prennent la vedette, les défis physiques étaient le Parkour.

Pas suffisant encore une fois. Les défis physiques (et malheureusement, l’entraînement physique aussi) sont les espèces en voie de disparition dans le Parkour.

Avec un changement dans l’importance mise envers le Parkour au cours des dernières années, le Parkour n’est plus le terrain d’essai idéal pour découvrir de quoi une personne est faite physiquement, techniquement, mentalement… et émotionnellement.

Il ne s’agit plus de voir si vous pouvez aller tracer dans une autre ville et retourner de l’aventure avant le coucher du soleil, il ne s’agit plus de savoir si vous pouvez pousser la vieille voiture vers le haut de la colline avec les amis qui sont ceux avec qui vous avez ri et pleuré tout les jours… et il ne s’agit plus de voir la valeur de ce qu’on fait, par exemple d’être capable de sauter dans un arbre humide au cas où vous auriez eu à porter secours à l’un de ces amis qui était coincé dans cet arbre.

Ce qui est maintenant largement considéré comme une étape vers le talent, c’est l’occasion pour les gens de montrer au monde à quel point ils peuvent sauter plus loin que tous les autres, et comment ils se sont envolés à mi-chemin à travers le globe pour faire ce même saut que ce gars a fait dans cette vidéo de l’année dernière, mais attendez, vous vous pouvez le faire en costal.

Je vois les compétitions où les « Meilleurs athlètes de Parkour» et «champions du monde » s’occupent d’un tracé de 37 secondes afin d’essayer de faire quelque chose de plus impressionnant que le gars avant lui, tout cela avant la fin du temps imparti, ou avant de manquer d’endurance. 37 secondes de médiocre performance ? J’ai connu et je me suis entraîné avec des hommes et des femmes qui pouvaient tenir 37 minutes à ce niveau d’intensité.

Qui a laissé ces conneries se glisser dans ce qu’on ne pouvait pas contester ? Quand est-ce que cela est devenu un tel objectif ? Depuis quand sauter plus loin que quelqu’un d’autre appuie sur une valeur dans le Parkour ? Depuis quand aller sur un spot et faire le même mouvement que quelqu’un a fait est devenu le but à atteindre ? Je déteste dire ça, mais nous avons laissé cette connerie se glisser dedans. Le jour où nous avons commencé à douter de nous-mêmes si faire un gros saut pourrait être important.

Voici Jesse Owens qui saute à 26 pieds (et 5/8èmes de pouce) en 1936, en Allemagne, à Berlin…

watch?feature=player_embedded&v=9Zn0zErRckc

C’est un saut énorme, même selon les normes actuelles et les méthodes d’entraînement avancées… et ce saut est beaucoup, beaucoup plus grand que n’importe quel praticien du Parkour n’a jamais sauté entre deux murs. Alors, pourquoi la communauté du Parkour (et même du monde) est tellement impressionnée quand quelqu’un saute de 18 pieds entre deux hangars et « s’étale » comme s’il y avait un bac à sable (comme celui où Jesse a atterri) de l’autre côté? Est-ce parce qu’ils ont eu le courage de le faire par dessus un fossé ? Dans de trop nombreux cas leur peur de tomber est vaincue par l’idée d’être immortalisé sur YouTube devant des milliers de personnes dans leur pyjama. Est-ce votre idée de bravoure ? Si c’est le cas, s’il vous plaît fermer cette page maintenant car il n’y a rien ici pour vous.

Mais avoir une raison personnelle, cela mériterait de faire un saut avec les risques essentiels à prouver quelque chose à soi-même et à surmonter ses craintes et ses doutes, d’agir quand tout l’intérieur de vous veut arrêter et rentrer à la maison. Juste pour vous améliorer. Cela est la preuve du courage et de la détermination, valeurs principales avec lesquelles le Parkour a été construit. Les mêmes valeurs qui disparaissent sous nos yeux. Courir et pousser (faire des pompes) aussi dur que vous pouvez, dans l’espoir de faire le buzz sur Internet ou parce que votre ami l’a fait, cela montre de l’imprudence et promet une courte durée de vie dans le Parkour.

Je me plais à penser que la majorité des gens qui vont lire ça seront d’accord que le Parkour n’est pas juste le Parkour sans certaines de ses valeurs. Des valeurs comme le courage, la détermination, l’endurance, la force, la discipline, le dévouement et la longévité. Des valeurs telles que l’humilité et l’altruisme. L’Intégrité.

Il y a plusieurs façons qui peuvent aider positivement l’avenir de la discipline, mais refuser d’admettre que des valeurs comme celles-ci sont perdues à la pratique est un bon début, une bonne position pour démarrer.

Nous pouvons inspirer la prochaine génération de praticiens et leur permettre de voir que le Parkour n’est pas seulement des gros sauts en ne laissant pas nos opinions dormir.

Donnez votre avis sur les vidéos, téléchargez les vôtres, écrivez des articles, donnez des conseils, parlez-en, voyagez et entraînez-vous dans la voie que vous croyez être la bonne pour le Parkour, et laissez les gens voir ce côté de lui partout où vous allez. Représentez-le. Soyez-le.

Ces valeurs ne doivent pas se manifester comme des défis tel que ceux que j’ai mentionnés plus tôt, mais en fin de compte la seule façon dont nous pouvons grandir, nous développer de manière significative, est de faire face à des difficultés et de s’adapter à les surmonter. Cela peut être sous la forme de « casser » un saut, en faisant quelque chose qui vous fait peur parce que vous croyez qu’il vaut la peine de surmonter cette peur et de tester vos capacités.

 

Ce sera peut-être un saut technique. Peut-être que ce sera des répétitions de sauts de détente (avec élan) sur une barrière fine en essayant d’atterrir parfaitement 3 fois de suite. 10 fois de suite. 50.

Ou peut-être que ce sera un défi physique, après tout. Peut-être que vous allez prendre un de vos exercices préférés pour vous tester et voir jusqu’où vous pouvez le faire. Afin de voir combien de répétitions vous pourrez faire cet exercice en 10 minutes ou alors combien de poids en plus vous pourrez soulever au bout de 6 mois d’entraînement dédié à cet exercice.

Ce n’est pas vraiment important de savoir quel défi ce sera, ce qui importe, c’est de régulièrement faire face à des défis si vous voulez vraiment vous tester et voir de quoi vous êtes fait. Cette confrontation et la volonté de surmonter des défis est au cœur de la bête qui est le Parkour, et cela progresse de plus en plus lentement chaque année qui passe dans la communauté. Mais c’est cette exposition régulière à de tels défis qui construit et inculque ces valeurs chez les gens.

Ce que les gens ne semblent pas comprendre, c’est que le gamin de 19 ans qui peut sauter 18 pieds entre ces deux murs après une année d’entraînement sera plus que probablement pas ici dans quelques années.Très peu de gens durent plus d’une poignée d’années dans ce jeu, que ce soit pour cause de blessure, perte d’intérêt ou d’innombrables autres obstacles. Ainsi, ce qu’il fait est impressionnant, oui…  mais ce que vous vous entraînez à faire, «être et durer», pour les 10 prochaines années, les 20 prochaines et plus encore, continuer d’être fort, continuer de progresser, continuer de s’entraîner et profiter du Parkour, est beaucoup plus impressionnant pour moi. Ce sont les valeurs et les objectifs qui m’ont impressionnés au sujet des ‘élites’ que j’ai mentionnés plus haut et ce sont les choses que je ne veux pas voir perdues au fil des ans.

Ne vous excusez pas pour les valeurs auxquelles vous croyez et surtout ne permettez pas au Parkour de les perdre si vous croyez en elles. Le Parkour va évoluer et devenir ce qu’il plaira aux yeux du public, mais accrochez-vous bien à ce que vous considérez comme important parce que vous n’êtes pas seul.

Ne le laissez pas mourir ou la prochaine génération pourrait ne jamais voir ou vivre ce que vous avez vu et fait quand vous avez découvert le Parkour. Laissez le défi et la longévité former votre entraînement, vos objectifs et vos motivations. Fixez vos propres défis personnels, même certains qui pourraient être impossible, ce sont dans ceux-là que vous apprendrez beaucoup. Rappelez-vous ; un défi n’est pas un défi si vous savez que vous pouvez le faire. Repoussez les limites, invitez le doute et l’incrédulité en vous comme des vieux ennemis, et faites-en vos amis. Faites face à des obstacles souvent d’apparence insurmontable… et cela vous poussera à être une personne plus forte.

Si vous voulez répéter ce petit saut en partant d’un angle d’un mur pour arriver sur un mur couvert de mousse toute la journée jusqu’à pouvoir le faire les yeux fermés… et bien mon ami, vous n’êtes pas seul. Je tiens à répéter ce saut avec vous. Mais nous allons en faire 50, juste pour être sûr. Et un en plus pour les autres qui n’ont pas pu se joindre à nous. Cela nous sera à la fois plus bénéfique que de faire ce gros saut de toit tandis que tu tiens la caméra.

Nous sommes la minorité maintenant, mais ensemble, nous sommes toujours un pourcentage d’influence sur ceux qui disent qu’ils pratiquent le Parkour. On peut encore laisser notre message pour qu’il soit entendu par tous ceux qui arrivent dans le Parkour, maintenant et dans les années à venir.

Ceci est un appel aux armes pour ceux que je considère toujours comme l’avant-garde du Parkour. Le temps se passe maintenant. Faites la différence en montrant, en partageant et en incarnant les autres faces du Parkour que vous connaissez et aimez. Les faces que certains verraient oubliées amènent la discipline à se développer.

 

Chris ‘Blane’ Rowat – http://blane-parkour.blogspot.fr/2012/11/a-call-to-arms.html